Rencontres internationales d’anthropologie linguistique (Rial 2016) L’être de langage, entre corps et technique : nouvelles données, nouvelle donne ?

APPEL À COMMUNICATION
Rencontres internationales d’anthropologie linguistique (Rial 2016)

 L’être de langage, entre corps et technique : nouvelles données, nouvelle donne ?

Montpellier 23-25 mars 2016

« Humain 2.0 », « hybridé » ou « augmenté », « post/transhumanisme », « artefacts robotiques » du comportement de l’homme communiquant et agissant, foisonnement d’interfaces tactiles : nombreux aujourd’hui sont les « avatars » humanoïdes et autres simulacres de présence humaine. Autant d’enjeux d’identité et d’image de soi, avec, aux deux pôles, une valorisation ou une altération des corps. Autant de questions impliquant, également, les rapports des discours au corps et des sujets au langage.

Ce colloque vise à établir un dialogue entre les sciences humaines, les neurosciences et les sciences de l’ingénieur. Le rapprochement entre ces disciplines s’inscrit de fait dans une certaine urgence sociétale : à fragmenter les approches du corps, ne fragilise-t-on pas aussi l’unité de l’homme et de ses conceptions ? Dans le prolongement de précédentes manifestations reliées à des thèmes proches (Chercheur/se in situ Immersion par corps, Normes et déviances, Montpellier, 2014 ; Interacting bodies – corps en interaction, Lyon, 2005), ces rencontres internationales proposent d’aborder le rapport entre corps, langage et technique, dans le cadre d’un dialogue interdisciplinaire inédit.

Dans cette perspective, parce qu’elle s’intéresse aux manifestations langagières dans leur rapport à l’action sociale, y compris les savoir-faire technologiques (DURANTI, 2002 ; FORNEL, 1994 ; GOODWIN, 2000), dans sa diversité (BORNAND & LEGUY, 2013 ; LAFONT, 2004 ; LONDEI & SANTONE, 2013), l’anthropologie linguistique est centrale, qui postule une continuité des corps communiquant, percevant, éprouvant, pensant, interagissant avec les environnements naturels ou artificiels, dans une perspective analytique qui vise à éviter l’atomisation des objets d’étude et leur déracinement contextuel. Par la nature interdisciplinaire qui la caractérise, cette approche est ainsi à même de faire dialoguer les différentes démarches. Ainsi, les études du domaine, parce qu’elles s’ancrent toujours dans un contexte ethnographique, interrogent les expressions de la rationalité et des praxis (GOODY, 1996/1999), en particulier dans les domaines d’investigation sur l’affect et les troubles du développement (OCHS, 1989 ; OCHS & SOLOMON, 2010), l’intentionnalité (DURANTI, 2015) et les interactions médiatisées (JONES et SCHIEFFELIN, 2009 ; VERDIER, 2014). À coup sûr, les modèles développés dans les neurosciences de l’action ainsi que les travaux menés en ingénierie et en robotique gagnent à être discutés au prisme de ces approches contextualistes (KOCKELMAN 2013).

Sont vivement encouragés à participer les chercheurs qui questionnent le rapport des discours au corps dans le cadre des interactions homme-machine (SUCHMAN, 2007) : par exemple, les travaux menés en philosophie (ANDRIEU, 2008 ; ANDRIEU & BERTHOZ, 2011), en sociologie (LE BRETON, 2013), en sciences de la communication (RENUCCI, 2014) ou dans les neurosciences (DAMASIO, 2010)… On s’attachera ainsi à croiser les recherches sur les techniques du corps – dont relève la pratique langagière – et sur le geste, la mimique ou la voix du corps vivant et du corps vécu. En dialogue avec les travaux sur l’enaction (VARELA & al., 1991; BOTTINEAU 2010) et l’émersiologie (ANDRIEU, 2015), il s’agira de discuter la manière dont les interactions sociales s’articulent aux ressources linguistiques et assurent l’existence humaine à travers l’intrication du monde corporel et de sa pensée.

Outre les conférences (de B. ANDRIEU, É. CHAUVIER, A. DURANTI, E. OCHS, B. TRAIMOND…), les ateliers et les tables rondes autour des problématiques suscitées par les interactions homme-machine, à l’inclusion de la relation entre le corps et le langage, mettront en présence des acteurs des sciences de l’ingénieur et des neurosciences avec des anthropologues, des linguistes, des philosophes et des psychologues.

Cf. PDF joint à l’article pour plus de détails :

Crédit photographique (Image à la Une) : sous licence CC BY-NC-ND 2.0 – paolobarzman « drifter rue des Rosiers »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *